image allergie

Reconnaitre les
allergies

L’urticaire CHRONIQUE

Prévalence

L’urticaire est l’une des affections dermatologiques les plus fréquentes : 15 à 20% de la population fait au moins une poussée aiguë au cours de sa vie (12). Il s'agit donc d'une maladie de la peau fréquente qui est, dans la très grande majorité des cas, bénigne (13).

Symptômes

Il s’agit de la forme la plus commune. Le diagnostic est en général facile (14). L’urticaire donne à celui qui en souffre le même aspect que s’il était tombé dans les orties (origine du mot urticaire, urtica = ortie en latin). La peau présente des lésions lisses rosées ou rouges, plus pâle au centre, bien limitées et en relief (15).
Ces lésions sont fréquemment associées à des démangeaisons. Chaque élément apparait brutalement, persiste pendant quelques minutes à quelques heures et disparaît sans laisser de traces, alors que d’autres éléments apparaissent à d’autres endroits (15,16).

Le mécanisme de l’urticaire

L’urticaire est due à l’activation des mastocytes. Ces cellules sont présentes au niveau des couches superficielles dans notre peau et participent aux défenses immunitaires de l’organisme (16).
Les mastocytes contiennent des substances dont la principale est l'histamine, une molécule impliquée dans le déclenchement de l’urticaire. Lorsque le mastocyte est au repos, rien ne se produit mais lorsqu'il est activé, il libère l’histamine qui va déclencher l'urticaire. Les mastocytes peuvent être activés par des mécanismes allergiques (urticaire allergique) mais beaucoup plus souvent par une stimulation directe, non allergique (urticaire non allergique) (13).

Les causes de l’urticaire

Trouver la cause de l’urticaire (le facteur qui va activer les mastocytes) n’est pas facile. De plus, il est très rare qu'une urticaire ait une cause unique. Plusieurs facteurs sont souvent nécessaires pour que les mastocytes vident leurs sacs d’histamine. Dans un grand nombre de cas, on ne retrouve pas l’élément déclenchant (13).

Les facteurs susceptibles d’aggraver ou déclencher une urticaire :

  • - Physiques : pression, chaleur, soleil, effort, froid, vibration
  • - Médicaments : presque tous, surtout à fortes doses : principalement les anti-inflammatoires dérivés de l’aspirine, les antibiotiques et les produits de contraste iodés. Les traitements locaux peuvent aussi être en cause.
  • - Aliments (si consommés en excès) : fraise, agrumes, chocolat, porc, café, thé, alcool.
  • - Infections : surtout virales, notamment chez l’enfant.
  • - Psychiques : stress, dont l’importance est souvent négligée.

La classification

L’urticaire chronique est presque quotidienne et dure plus de 6 semaines. L’urticaire chronique peut durer des années, en moyenne 3 à 5 ans. Celle-ci affecte près de 1% de la population et justifie un traitement continu. On estime que quarante pour cent des urticaires persistant plus de 6 mois sont toujours présentes 10 ans plus tard et 20% le sont toujours après 20 ans d’évolution (12, 15, 16).
Un avis médical est recommandé pour l’urticaire chronique idiopathique.

Le traitement

Lorsque la cause de l’urticaire est connue, il est nécessaire de la supprimer pour arrêter l'évolution de l’urticaire et prévenir les récidives (16).
Les symptômes de l’urticaire sont principalement induits par l’action de l’histamine sur les récepteurs H1. Par conséquent, les antihistaminiques H1 sont importants dans le traitement des symptômes de l’urticaire. Ils agissent en bloquant l’action de l’histamine.