image allergie

Qu’est-ce qu’une
allergie ?

En France,

1/3 des adultes ont une rhinite allergique (3)

88% des patients ont une forme modérée à sévère (3)

40% des cas apparaissent avant 6 ans (4)

Le mécanisme de l’allergie

Dans notre quotidien nous sommes en contact perpétuel avec des ennemis extérieurs : microbes, virus, bactéries. Pour les combattre, notre corps dispose d’une arme puissante : le système immunitaire (5,6).

L’allergie est une défaillance de ce système : au lieu de nous défendre contre une agression réelle, il en fait trop et se met à réagir contre des substances étrangères (allergènes) normalement inoffensives (pollens, poussière, aliment…). Cette réaction se traduit notamment par une production d’anticorps spécifiques de l’allergie - les IgE (Immunoglobulines E). Par conséquent, les individus allergiques produisent de grandes quantités d'anticorps IgE en réponse à une invasion des allergènes (6).

Le développement d’une allergie implique une phase de sensibilisation et une phase de réaction (7).

Lorsque l’allergène entre en contact pour la première fois avec l’organisme, ce dernier reconnaît cette substance comme étant un corps étranger et produit des anticorps spécifiques pour lutter contre elle. Les anticorps sont des immunoglobulines de type E appelés communément IgE. Ces IgE, transportés par le sang, vont se fixer sur des cellules appelées mastocytes siégeant au niveau de la peau et des muqueuses (localisation où les allergènes sont susceptibles de pénétrer). Cette période de sensibilisation ne s’accompagne d’aucun symptôme et sa durée est variable (7).

La phase de réaction allergique a lieu au deuxième contact entre l'allergène et l'organisme. L’allergène va se fixer sur les IgE présents à la surface des mastocytes, provoquant l'activation des mastocytes. Cela va provoquer une réaction inflammatoire due à la libération de l'histamine et de médiateurs de l'inflammation (7).

Bien que l’histamine ne soit pas le seul médiateur libéré au cours de la réaction allergique les antihistaminiques constituent un traitement efficace des divers symptômes de l’allergie (8).

schema 1 allergie
schema 2 allergie

Les symptômes de l’allergie (6,9)

OrganeSymptômes
YeuxDémangeaisons, larmoiement, rougeur
NezDémangeaisons, éternuements en salve, picotement, écoulement nasal clair, nez bouché, respiration nasal difficile, absence d'odorat (anosmie)
BoucheDémangeaisons, gonflement des lèvres et de la langue
GorgeDémangeaisons, picotements, problèmes de déglutition, gonflement
PoumonsToux, sensation d’étouffement liée au bronchospasme.
PeauDémangeaisons, rougeurs, gonflement, formation de papules, peau qui pèle (desquamation)
Appareil digestifDouleurs abdominales, des vomissements et des diarrhées

La manifestation allergique la plus grave, parfois mortelle, est le choc anaphylactique.
Les symptômes sont à la fois généraux, respiratoires, cutanés et digestifs : malaise, fatigue intense, essoufflement, accélération de la respiration, pouls rapide, sueurs, pâleur, extrémités froides, sensation d’oppression, d’angoisse, crise d’asthme, démangeaisons, rougeurs, gonflement du visage ou des lèvres, douleurs abdominales, diarrhée, vomissements. Le choc anaphylactique représente une urgence vitale nécessitant d'appeler immédiatement les secours. Il est donc indispensable de téléphoner au 15 ou au 112. Le seul traitement du choc anaphylactique est l'administration rapide d'adrénaline, par exemple par usage de stylo auto-injecteur (5,7,9).

Les principaux allergènes

De nombreux allergènes ont été identifiés comme responsables du déclenchement de symptômes de l’allergie. Les plus fréquents sont les suivants :

Pneumallergènes
(substances transportées par l’air et inhalées)
  • Acariens
  • Squames animales
  • Spores fongiques (moisissures) (7)
  • Pollens
Allergènes alimentaires
(substances ingérées)
  • Chez l’enfant :
  • Les fruits à coque (noix, noisettes, amandes, cacahuètes, …)
  • Lait
  • Œufs
  • Arachide
  • Chez l’adulte :
  • Certains fruits (pomme, poire, prune, pêche, abricot, fraise)
  • Des condiments
  • Des épices
  • Des fruits exotiques (banane, kiwi)
  • Les fruits à coques
  • La farine de blé (7)
Allergènes professionnels
(substances inhalées ou en contact avec la peau)
  • Ex : Latex
  • Poussières de bois
  • Produits chimiques
  • Produit d’entretien et lessives (6)
MédicamentsEx : antibiotiques, produits anesthésiques (6)

Comment fait-on le diagnostic d’une allergie ?

Le diagnostic est basé sur l’interrogatoire clinique, complété par des tests différents et si nécessaire des examens sanguins. Comme toute maladie d’origine allergique, il est important de consulter un médecin au moins une fois. Il déterminera notamment la nécéssité d’effectuer un bilan allergologique.

Quelle est la prise en charge d’une allergie ?

La prise en charge doit être personnalisée. Elle inclut trois méthodes :

1. L’éviction
Le meilleur moyen de se protéger contre une allergie est d’éviter tout contact avec l’allergène correspondant. En cas d’allergie respiratoire l’éviction totale est souvent difficile à mettre en œuvre. Néanmoins, quelques conseils simples permettent de réduire l’exposition aux allergènes :

En cas d’allergie aux acariens (allergènes de la maison) :

  • - la chambre doit être aérée et nettoyée régulièrement ;
  • - les matériaux textiles étant les principaux réservoirs d’acariens, il convient de les éviter au maximum dans la chambre (tapis, moquette, peluches, etc.)
  • - pour la literie, préférer les sommiers à lattes ou en métal, entourer matelas et oreillers de housses de protection anti-acariens et laver le linge de lit 2 fois par mois à 60°C.
  • - éviter les animaux domestiques, en particulier les chats (9,10).

pour les allergies saisonnières dues au pollen :

  • - ne pas dormir la fenêtre ouverte
  • - éviter toute entrée d’air dans la voiture lors des déplacements
  • - dans les jardins, éviter les espèces les plus allergisantes (cyprès, thuyas, bouleaux), éviter de tondre soi-même le gazon pendant la saison pollinique et jardiner de préférence en portant lunettes et masque de protection (9,10).

Dans tous les cas, supprimer ou diminuer fortement la consommation de tabac (9,10).

2. Le traitement médicamenteux des symptômes.
Divers médicaments, disponibles sous forme de comprimés, de gouttes pour les yeux, de sprays pour le nez permettent d’atténuer les symptômes d’une allergie. Ces médicaments ne soignent pas l'allergie, ils ont pour but d'arrêter ou limiter les symptômes d'allergie, et d’améliorer ainsi la qualité de vie. Ils ne doivent pas se substituer aux mesures préventives (7).

Dans le traitement de l’allergie les antihistaminiques H1 sont notamment utilisés :

Antihistaminiques H1Ils bloquent l’action de l’histamine, une des substances responsables des symptômes allergiques. Les antihistaminiques sont efficaces contre les démangeaisons, l’écoulement nasal, les éternuements, des éruptions sur la peau (10).

Zyrtecset® est un antihistaminique H1.

3. La désensibilisation
Lorsque la cause de l’allergie est bien définie, une désensibilisation ou « une immunothérapie spécifique » peut être envisagée. C’est le seul traitement dont l’effet persiste après l’arrêt (au bout de 3 à 5 ans). Ce traitement est destiné à amener l’organisme à tolérer à nouveau un allergène donné.
La désensibilisation consiste à administrer au patient des doses croissantes d’allergènes auxquels il est sensibilisé par voie sous-cutanée ou sublinguale (sous la langue) afin d’habituer progressivement l’organisme (9).